.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 HAZEL DE CARIMEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Nola Davis-Potter

desert rose ❀


Messages : 826
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: HAZEL DE CARIMEL   Dim 2 Jan - 11:28


De Carimel

 Hazel Milena

ft. RACHEL BILSON || © Young Folk

    Dans ce monde de Ténèbres vit une jeune femme insouciante que l'on appelle Hazel Milena Grace De Carimel. Mais nous sommes entre nous, alors Haz suffira. Cette jolie jeune fille âgée de quinze ans est une née-moldue, et dans ses veines coule le sang flegmatique des Anglo-Saxons, mélangé au sang chaud des Irlandais. Haz est une Résistante convaincue et fière de l'être. On la dit courageuse, drôle et honnête, mais aussi rancunière, maladroite et sensible aux provocations, ce qui lui apporte parfois bien des ennuis... Véritable pile électrique, optimiste et réactive, elle ne supporte pas la lâcheté et l'indifférence et n'a pas peur de se bagarrer. Elle sait jouer de ses atouts féminins aussi bien que de son côté garçon manqué et n'a pas peur de désobéir. Cependant, elle a un grand coeur et est dotée d'une grande générosité qui l'amènent à aimer passionnément la vie et ses dangers.
    Hazel, c'est une tornade brune qui souffle et tourne, et qui ne s'arrête que lorsqu'elle a fini de combler le coeur des Hommes.

    « Le tact dans l'audace, c'est de savoir jusqu'où on peut aller trop loin » Cocteau

     



    si j'étais ; je serais

      une fleur Le Jasmin ; symbole d'amour et de beauté.
      un animal Une Lionne ; animal puissant et sauvage, emblème du courage, de la force et de la vérité.
      une saison L'Été ; saison ensoleillée, synonyme de jeunesse et de joie.
      un sentiment L'Audace. Juste l'audace.
      un fruit Une Fraise ; qui représente la bonté.


    je suis comme je suis

      ambitieux ; •••••
      romantique ; •••••
      sportif ; ••••
      généreux ; ••••
      franc ; •••••
      sérieux ; •••••


    ni oui ni non, tu connais?

    # Question 1 : Alors que vous marchez tranquillement dans les couloirs déserts en direction de votre salle commune, voilà qu'une ombre se découpe sur les murs, effrayante et appartenant sans aucun doute à une créature venue des tréfonds des ténèbres pour vous enlever.
      a. Malgré vos frissons, vous vous approchez calmement de l'angle du couloir et découvrez face à vous la chatte de Rusard. Ouf, sauvé.

    # Question 2 : Dans le parc, tout est calme. Les oiseaux chantent, le soleil brille... Et Miranda Keller arrive en courant vers vous, en larmes : son petit ami a mis fin à leur relation parce qu'il était subitement tombé amoureux d'une autre fille, à ce qu'il lui a dit. Vous soupçonnez le pauvre garçon de ne plus supporter ce pot-de-colle plus bavard qu'un perroquet.
      b. Ni une ni deux, vous vous précipitez vers le garçon en question pour lui demander des comptes: on ne fait pas pleurer une fille!

    # Question 3 : Catastrophe! Vous avez complètement oublié de faire les 3 rouleaux de parchemins demandés par le professeur de métamorphose et le cours est dans moins de vingt minutes.
      a. Aux grands maux les grands remèdes: vous retroussez vos manches et vous vous y mettez, quitte à vous donner un mal de tête à se cogner la tête contre les murs.

    # Question 4 : Voldemort en personne frappe à votre porte (enfin... lui jette un sort de destruction, mais à quelques différences près...) et vous demande de faire partie de ses fidèles étant donné votre énorme potentiel magique.
      c. Voldemort, ici? A l'attaque!

    # Question 5 : C'est l'heure de votre cours de Sortilège et vous êtes très en retard. Vous courrez dans les couloirs déserts lorsque vous entendez un cri. Un élève git par terre, sans doute inconscient.
      d. Vous écoutez rapidement son pouls et constatez qu'il n'est pas en danger. Vous courrez chercher le professeur: la salle de cours n'est plus très loin.




    resistance

    Hazel, c'est tout ou rien. Il n'y a aucune demi-mesure; elle sait ce qu'elle veut et affirme ses choix. Elle trouve très injuste le gouvernement de Voldemort, et n'hésite pas à le dire, même si elle doit en subir les conséquences. Malgré les avertissements, les punitions et le danger, Hazel résiste. Elle est arrivée à Poudlard sans rien connaître de ce monde, et a finir par donner raison à Potter. Elle le soutient, en fait. Il n'a pas été lâche, il n'a pas été faible: Hazel l'a au contraire trouvé sage. Si Harry Potter était mort, l'emblème de la Résistance serait mort avec lui, et personne n'aurait eu le courage de s'opposer à nouveau. Ils ont perdu une bataille, mais ils n'ont pas perdu la guerre... Elle en est convaincue, et elle veut se battre pour sa cause. Elle ne veut pas vivre dans un monde terne et oppressé, mais veut un jour pouvoir respirer l'air pur qu'offre la Liberté.
    C'est pourquoi elle Résiste.



    tu joues un jeu


       
      pseudo/prénom • Ahahahahahahahaha. Mou.
      âge • Toujours le même :12:
      comment avez-vous connu D. et votre avis • Staff incompétent, design trèèèès laid, membres antipathiques, et ambiance pourrie et contexte ridicule \o
      petit mot magique • Rouge Sang
      dernier mot pour la fin • Oh, un éléphant bleu: mais oui, c'est celui de la station de lavage! :woo:




Dernière édition par Florie Nine Ellison le Lun 3 Jan - 19:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
avatar
Nola Davis-Potter

desert rose ❀


Messages : 826
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: « When the violence causes silence, we must be mistaken. »   Lun 3 Jan - 18:59

    tic toc on the clock


    « C'est une douleur qui se garde,
    qui fait plus de bien que de mal. »

    KYO - Dernière Danse



    La jeune fille traça d'une main tremblante les lettres sur son parchemin. Sa plume ne contenait pas d'encre, mais elle n'en avait pas besoin. Malgré l'air provocant qu'elle se donnait, elle crevait de peur. D'appréhension, en fait. Mais elle ne pouvait pas reculer, sinon, ça serait deux fois pire... Et son audace avait bel et bien des limites. Alors, la douleur déchirante se fit sentir, et la jeune fille jeta un regard brûlant de haine à son professeur, qui lui, souriait d'un air ravi. La petite De Carimel avait du tempérament, c'était ça qui lui plaisait. Elle ne s'avouait jamais vaincue, mais lorsque son joli visage, ravagé par les larmes, esquissait l'expression de la douleur, lorsque de sa bouche sortait un gémissement, c'était une pure délectation. Il vainquait la résistance de cette petite gourde sans peur, et il savait que ce n'était pas donné à tout le monde. Parfois, elle mettait plus d'une heure à montrer un signe de faiblesse. Une heure pendant laquelle sa main gauche écrivait sans faillir, malgré le sang qui coulait, malgré sa peau qui se découpait pour laisser apparaître les lignes de punition.

    Chaque fois, Hazel essayait de repousser son record. Son but était de tenir les deux heures sans montrer le moindre signe de faiblesse, mais elle n'y arrivait jamais. Ça faisait trop mal, de constater ce sadisme et cette monstruosité. Oui, ça faisait trop mal.


    « Le risque, c'est la vie même.
    On ne peut risquer que sa vie.
    Et si on ne la risque pas, on ne vit pas »

    Amélie Nothomb




    — Haz! Hazel! Attends-nous!
    Hazel se retourna, et vit deux de ses amis accourir vers elle. En temps normal, elle leur aurait souri, mais là, seul un rictus de douleur tordait ses lèvres.
    — Nom d'un Phénix, Hazel! C'est horrible, s'écria la fille en voyant la main de son amie, dont la peau partait en lambeaux.
    — Ça ne peut plus durer, Haz, murmura le garçon, épouvanté. Regarde-toi! Tu as vu dans quel état tu es?! On dirait que tu t'es entaillé la main avec un couteau de cuisine!
    — C'est un peu l'effet que ça fait.
    — Hazel, par pitié, arrête de prendre ça comme ça!
    — Quoi comme ça?
    — Comme ça! Comme si de rien n'était, comme si ce n'était pas grave, comme si ça ne te faisait rien!
    — Mais ça ne me fait ri...
    — Arrête! Arrête de nier! Tu as des faiblesses, tu dois l'accepter! Comme tout le monde! On sait que tu es particulièrement fière de ta résistance à la douleur, aux humiliations, aux tortures. On sait que tu as un ego monumental, que tu ne supporte pas les faibles. Mais on sait aussi que tu es beaucoup trop dure avec toi même.
    — Tu dis n'importe quoi.
    — Elle a raison, Haze. Ça ne sert plus à rien de jouer les dures à cuire.
    — Alors toi, t'insinues carrément qu'on a perdu? Que la Résistance, c'est vain et sans espoirs?
    — Mais non! Je dis juste que tu devrais prendre un peu de repos. À la prochaine retenue, ta main va finir par se détacher de ton corps! Regarde! Tu n'as plus que des morceaux de peau, c'est terrifiant! Ta main ne ressemble plus qu'à un bout de chair sanguinolent!
    Avec une grimace de dégoût, la brunette contempla sa main. Elle n'était pas au mieux de sa forme, mais ça allait s'arranger.
    — Et ne penses pas que ça va aller en s'arrangeant, renchérit la fille avec un regard réprobateur. Ils vont finir par te tuer purement et simplement si tu ne t'arrêtes pas.
    — Bon, très bien. Mais vous voulez que j'arrête de faire quoi?
    — De contester les professeurs, de te battre avec les Obscurs, de sauver chaque Résistant de moins de treize ans lorsqu'il est en situation conflictuelle, de te mêler de ce qui ne te regarde pas, et... ah oui, de vouloir sauver le monde. On est une famille, Hazie. La grande famille des Résistants, tu te souviens?
    — C'est bon mec, j'suis pas débile. Vous voulez bien arrêter, vous aussi? Me faire écorcher la main n'est pas vraiment une partie de plaisir, ça se voit que ce n'est pas vous qui endurez ça. J'en ai marre. Je pourrais effectivement tout abandonner, tout laisser tomber... mais ça ne me ressemblerait pas. Je sais qui je suis, je sais ce que je dois faire.
    — J'abandonne. T'es bouchée, ma pauvre. T'es pas Potter, tu ne nous sauvera pas.
    — T'as raison, je suis pas Potter, mais c'est mon héros. Et non, je ne vous sauverai pas, pas toute seule. J'ai besoin de vous. J'ai besoin que vous arrêtiez d'avoir peur. On n'a rien à perdre: on finira tous par crever.
    — Quel optimisme, bravo.
    — Poudlard est censé être nos meilleures années! Je veux les vivre pleinement: je ne serai pas un élément du décor, comptez pas là-dessus. Et s'il le faut, je préfère mourir en Résistant que mourir en jouant à l'autruche. Vivons heureux, vivons cachés c'est pas mon trip, vous devriez le savoir. Alors... faites ce que vous voulez, mais moi, je ne vais pas me laisser faire. Et si je dois y laisser une main pour la Liberté, hé bien, c'est qu'elle le vaut je suppose.
    Hazel adressa un sourire éblouissant à ses compagnons, puis leur tourna le dos et, triomphante, retourna dans sa Salle Commune.
    Elle n'avait plus mal à la main.


    « Il n'est point de bonheur sans liberté,
    ni de liberté sans courage. »

    Périclès




    « Maman, papa,
    Vous me manquez beaucoup. Moi, je vais bien. J'ai des amis, des ennemis, des emmerdes... normal, quoi. Je ne sais pas quoi vous dire, c'est magique et horrible à la fois, ici. Un lieu empli d'Histoire et de Magie, terni par une direction cruelle et mauvaise. Un lieu où on aime et où on souffre, où les soldats du Mal et du Bien s'affrontent sans cesse. C'est là que je vis, là que je grandis.
    Je préfère que vous ne veniez pas, vous seriez trop déçus de me voir comme ça. J'ai énormément maigri depuis quelques temps, je ne dors plus aussi bien. J'ai peur. C'est terrifiant et si... excitant à la fois! La peur, au lieu de me paralyser, me donne des forces et m'exhorte à avancer. À me battre pour ce en quoi je crois. Vous m'avez toujours dit de ne jamais baisser les bras, je ne l'ai jamais fait. J'ai saigné, j'ai souffert mais je n'ai jamais, jamais renoncé. Je suis une combattante. Mourir ne me fait pas peur.
    Quoi, vous me trouvez trop jeune pour ce genre de discours? Mais ici, tout le monde est trop jeune. On ne devrait pas à avoir à endurer cela, pourtant, c'est ce qui est. Je veux me battre. Je veux gagner.
    Vous vous souvenez du jour où ils sont venus me chercher, avec leurs longues capes noires? J'étais encore, à l'époque, une petite fille terrifiée par ses dons.
    La première fois, la toute première fois où j'ai découvert mon pouvoir, je m'en rappelle parfaitement; j'avais sept ans. J'ai fait disparaître mon carnet de notes... personne ne l'a jamais retrouvé! À sept ans, seule et sereine: émerveillée. À onze ans, 'accompagnée' et brusquée: terrorisée. On se demande bien pourquoi... Je ne savais pas ce qu'il allait m'arriver là-bas, j'avais peur. Vous aussi, je le sais. Vous tentiez vainement de cacher votre angoisse derrière des sourires, mais je n'étais pas dupe, pas plus à onze qu'à quinze ans.
    Cela dit, je n'ai pas beaucoup changé, entre temps. Même avant ma première dizaine, j'étais déjà ce doux mélange entre un garçon manqué et une fillette innocente. Maintenant, je suis juste une vraie fille: un mélange fort et bien assumé de ces deux aspects de ma personnalité. Je ne grimpe plus aux arbres, et il m'arrive de me maquiller. J'essaie d'être aussi studieuse que possible et je ne fais plus trop de farces idiotes. Je suis une jeune fille rangée. Pouah... ça doit bien vous faire rire. Côté pile: maman, l'Angleterre, la douceur et la joie de vivre. Côté face, papa, l'Irlande, le courage et la vérité. Ouais, un sacré mélange.
    Bon, il faut que je stoppe mon récit, j'ai encore un parchemin sur l'étude des Dragons à rendre pour demain, et à cause d'une foutue heure de colle, ma main gauche part en lambeaux... j'ai vachement de mal à écrire!

    Je vous aime, je vous embrasse très fort.
    Votre Hazel. »


    « She's an endless war
    Like a hero for the lost cause
    Like a hurricane
    In the heart of the devastation
    She's a natural disaster »

    Green Day - Last Of The American Girls



    Décembre 2021.
    « Je n'écris pas. Enfin, pas souvent, en dehors des cours. Je ne suis pas trop du genre à coucher mes sentiments sur le papier. D'habitude, je fais savoir à tout le monde mon humeur. Sois je gueule quand je suis énervée, soit je m'enferme quand je suis triste, ou au contraire, je rayonne quand je me sens bien. Mais aujourd'hui, c'est différent. Je me sens mal à l'aise, un sentiment oppressant d'anxiété a pris possession de moi depuis ce matin. Et comme je ne sais pas comment réagir face à ça, j'écris - c'est une amie qui me l'a conseillé. Elle m'a dit que je me sentirais mieux, mais tout ce que je sais, c'est que ma main me fait un mal de Strangulot. Depuis que cette face de goule m'a collé une retenue où je me suis littéralement fait déchiqueter la main, j'ai peine à tenir fermement un stylo pendant plus de deux minutes. Mes amis veulent que j'arrête de me la jouer petite résistante, mais qu'est-ce que j'y peux? Je ne supporte pas de voir les autres souffrir, et tout le monde agonise au Château. Alors, bien malgré moi, je prend mon costume de Super Hazel et je vole au secours des plus faibles. Et mon cul, c'est de la patacitrouille? Je me fais engueuler à chaque fois, et les MM n'y vont pas de main morte au niveau des châtiments. Pourtant, je dois avouer que je me suis un peu calmée... même si je ne suis pas la pire. Il y a des Résistants bien plus zélés que moi, mais eux ont de la chance, ils ne se font pas choper à chaque fois. Je ne sais pas ce que j'ai fait à Merlin, mais en tout cas, il l'a mal pris... vu la poisse que j'ai. Maladroite et malchanceuse, c'est tout moi. Enfin, un peu. Je ne suis pas spécialement populaire, mais je sais que je suis appréciée un peu partout. La petite Hazel a fait du chemin depuis Septembre 2016... psychologiquement parlant, je n'ai pas énormément changé. Un peu enfantine, animée d'une certaine naïveté mais d'une grande joie de vivre, j'aime profiter des choses et je ne suis pas du genre à me laisser abattre. Pas lèche-chaudron pour deux sous, j'affirme fièrement mes décisions. Enfin, je crois. Tiens, c'est marrant, je viens de me rendre compte que je dis toujours « Enfin, un peu » ou « Enfin, je crois » quand je ne suis pas sûre de moi à 100%. Et un tic de langage à corriger, un. Bref, j'en étais où? Ah, oui. J'ai l'organisation d'un troll des cavernes, mais je suis une bosseuse. Niveau scolaire, je me maintiens... 'suis pas brillante mais je fais de mon mieux. J'ai de grosses difficultés en Potions et Sortilèges; par contre, je suis super calée en Métamorphose et Astronomie.
    Mais là où j'ai énormément changé, c'est au niveau social. Si j'étais super timide et très réservée à mon entrée à Poudlard - les adultes et les plus grands élèves m'intimidaient, j'ai rapidement évolué. Maintenant, j'ai plein de potes, surtout des Résistants, comme moi, et quelques Impartiaux. En revanche, au niveau des Obscurs.... Bonjour-bonsoir, je ne peux pas les voir en peinture. Et d'ailleurs, il me le rendent bien. Si j'ai autant de caractère, c'est de leur faute. Avec leur haine des nés-moldus, il s'en sont souvent pris à moi. Le grand jeu des Septième ou Sixième Années, c'était de me coincer dans un couloir et de me menacer. Et puis un jour, en Deuxième Année, j'en ai eu marre et je me suis battue. Bon, ils m'ont complètement dérouillée et j'ai eu une retenue et des points enlevés, mais ce jour-là, j'ai changé. J'ai compris que si je me laissais faire, ils n'arrêteraient jamais. C'est à cette époque que je suis entrée dans la Résistance. J'y ai appris à me battre et à me défendre.
    Et maintenant... bah voilà, quoi.
    C'est moi.
    Hazel.

    En fait, je crois que j'en avais besoin. Maintenant, je vais mieux. Et... je crois que c'est une bonne chose. Je vais me mettre à écrire plus souvent.
    Après tout, on a tous le droit d'être heureux. »
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
 
HAZEL DE CARIMEL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jsuissupernulleentitremaisjelevistrèsbienmerci// Hazel♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
P A P E R • T O W N :: WELCOME TO NEW YORK :: Terminées-
Sauter vers: