.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  NOLA ▼ pars vite et reviens tard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Zelda Havel

desert rose ❀


Messages : 818
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: NOLA ▼ pars vite et reviens tard   Mer 29 Avr - 14:58

Nola Davis-Potter

◆ Now I see fire, inside the mountain
I see fire, burning the trees
And I see fire, hollowing souls
And I see fire, blood in the breeze
And I hope that you'll remember me ◆



◆ 04/09/1994 - 22 ans
◆ En ville depuis 5 ans
◆ Américaine
◆ Étudiante en médecine légale
◆ Célibataire
◆ Hétérosexuelle
◆ These Streets
◆ Molly Quinn

entre les lignes

L'affaire : L'affaire lui est tombée dessus comme un vautour fond sur sa proie, sans l'attendre et sans même l'anticiper dans ses pires cauchemars. Parce-que quand elle a déménagé il y a cinq ans pour suivre son stupide meilleur ami dans cette stupide ville au lieu de rester dans l'Etat de New-York, elle pensait juste découvrir une agréable ville du sud du pays. Avec la plage, la mer, l'insouciance des jours plus longs et une température chaude toute l'année. Et puis il a commencé à frapper les rues de la pointe de son scalpel et à souiller les murs de sa poésie morbide. Depuis, sa tranquillité s'est muée en méfiance et en peur, simplement. Ce n'est pas un secret, Nola a peur. Peur, parce-que ce stage trouvé à l'Institut médico-légal de la ville l'a conduit à collaborer avec la police : au début, ce n'étaient que des affaires simples, mais maintenant certains corps passés entre ses doigts habiles portent à jamais la malédiction ancrée dans leur peau. Nola a vu et littéralement disséqué les victimes du monstre sans visage qui s'attaque à eux et même si elle doit garder tout son sang-froid pour demeurer professionnelle et concentrée, c'est un poison dans ses veines, une angoisse dans sa tête. Ses parents l'appellent tous les soirs et elle est soulagée d'entendre leurs voix.

Elle a peur pour elle, pour sa sécurité, pour ses amis ; mais elle a aussi peur car elle voit les difficultés qui se présentent aux enquêteurs, et elle craint de retrouver un matin pas comme un autre un énième corps sans vie mutilé sans qu'on n'attrape jamais l'auteur de ces crimes. Alors, armée de son courage de rien du tout, elle a ce spray au poivre constamment dans son sac, son téléphone toujours allumé. Elle tient fermement ses clés au creux de sa main et sait tirer avec le pistolet qu'elle garde secrètement dans une boîte à chaussures au fond de son armoire. Et elle passe des heures penchée sur les cadavres à jamais endormis dans les frigos pour essayer d'apercevoir le moindre incident. Excessif ? Peut-être, mais la rousse n'a aucune envie de se retrouver à la place de ses patients habituels...

Caractère : oh, Nola est une personnalité simple à cerner, simple car solaire. Un grand sourire et une voix douce ; un déluge de cheveux roux et un visage encore très juvénile qui se plait toutefois à regarder son interlocuteur dans les yeux en précisant qu'elle est étudiante en médecine... légale. Nola est une adolescente typique américaine - ni trop clichée, ni trop marginale. Elle ne cherche pas à en faire plus, d'ailleurs, et après des années de bataille contre un surpoids réel ou supposé, elle a réussi à s'accepter et à s'aimer comme elle est. Rares sont ceux qui ne l'apprécient pas, ou peut-être est-ce le cas si l'on s'arrête à ses airs de première de classe, trop sérieuse. Coincée, bien - la rousse l'admet sans problèmes même si elle sait que ce n'est pas totalement fondé. Et puis c'est ridicule : des défauts, elle en a plein d'autres : elle est naïve, indécise, émotive, et parfois prompte à tout prendre au premier degré. Toujours angoissée, aussi, et ses crises de panique à intervalles réguliers sont là pour le prouver. Mais Nola est aussi foncièrement bienveillante, loyale, honnête et courageuse. Elle ne ment pas et n'a aucun problème à défendre ses convictions ou son caractère ; elle se sent mal à l'aise avec ce besoin qu'ont certains de se retrancher derrière un masque pour prétendre pouvoir exister aux yeux du monde, ou de changer de comportement en fonction de son entourage. Constante, et sereine. Elle prend ses responsabilités très à coeur et a tendance à materner ses amis, un peu trop, parfois. Mais elle est comme ça, Nola : perpétuellement soucieuse des autres.

À savoir : elle a tout le temps froid, même en été elle ne se balade jamais sans un gilet ou un foulard. abonnée aux plaids, bonnets, écharpes et boissons bien chaudes. l'automne est sa saison préférée : elle adore la lumière, les feuilles dorées, les citrouilles, et Thanksgiving. grosse fan d'Harry Potter, elle s'est déguisée en petite sorcière pendant des années. apparemment, elle serait à Gryffondor, mais elle se définit plus volontiers comme une Poufsouffle. peu sportive, elle s'oblige néanmoins à faire du yoga et de la natation plusieurs fois par semaine, histoire de sortir de son bureau et de décoller le nez de ses livres.  petite, elle faisait beaucoup de danse, mais suite à une mauvaise fracture quand elle avait onze ans, sa cheville droite s'est déformée : elle boîte légèrement en marchant et ne peut pas courir très longtemps sans que la douleur ne remonte le long de sa jambe. ▼ elle parle plutôt bien français, et elle rêve d'ailleurs de visiter Paris. ▼ dotée d'une forte empathie et d'une bonne mémoire, elle se rappelle souvent de ce que les autres aiment ou non et sait leur faire plaisir instinctivement. pendant longtemps elle n'a d'ailleurs pas su dire non, mue par sa bonté naturelle à accepter beaucoup de contraintes mais depuis le début de ses études, cette période là est révolue. ▼ peut-être est-ce dû à son travail, mais elle a depuis longtemps appris à apprivoiser le silence et le calme. Nola aime la musique, mais tolère assez mal le bruit. elle a investi dans un casque de très bonne qualité qui permet d'isoler les sons extérieur. ▼ elle est fan des émissions du genre dancing with the stars, ou les émissions de cuisine et de chant. elle s'enroule dans une couverture sur son canapé avec des gâteaux ou une pizza aux légumes et commente les candidats avec son meilleur ami. ▼ malgré son amour pour l'automne elle déteste Halloween. elle a peur de tout, Nola, des clowns aux cafards et généralement, du 30 octobre au 1er novembre, elle s'enferme chez elle histoire que la tempête passe. ▼ son grand frère a disparu un beau jour de mars 1999, à sept ans. malgré des années d'enquête, il n'a jamais été retrouvé. ce souvenir est son unique démon, même si le temps a refoulé cette histoire loin dans sa mémoire - et puis elle n'en parle jamais car cela la met dans des états incontrôlables. si on la questionne, elle répondra qu'il est décédé, ou ne répondra juste pas.



derrière l'écran

Pseudo : mou ou manon :blaz:
Âge : comme Nola  🤓
Déjà un compte ici ? : bb Alba ☁
Code du règlement : Ok by Willow
Où avez-vous connu le forum ? je ne sais plus, mais par publicité je crois :funk:
Un commentaire ? : j'ai craqué  :oopsie:

(c) potterbird


Dernière édition par C. Lula Comaneci le Mer 15 Nov - 0:19, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
avatar
Zelda Havel

desert rose ❀


Messages : 818
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: Re: NOLA ▼ pars vite et reviens tard   Mer 29 Avr - 14:59

once upon a book

◆ yes, all men must die.
but we are not men. ◆


Ses mains tremblent un peu lorsqu’elle enfile ses gants. C’est presque imperceptible mais le latex n’adhère pas directement à sa peau et elle est obligée de réitérer l’exercice plusieurs fois, avant de s’obliger à respirer un bon coup. Après tout, elle n’a rien à craindre : les enquêteurs à l’origine de la découverte du corps ont confirmé qu’il ne s’agit pas d’un crime signé du Poète. Pas celui-ci, en tous cas. Bien sûr, ce n’est pas juste le corps lacéré de ses victimes qu’elle craint de voir sur la froide table métallique. Une règle prévaut pour elle : les cadavres sont tous logés au même étage... six pieds sous terre. Ce sont les circonstances de la mort qui diffèrent à chaque fois, c’est là que réside son angoisse. Car pour ces séances où elle a pu observer et même toucher, effleurer d’un doigt léger les profondes entailles sur la peau du macchabée, la jeune femme s’est sentie nauséeuse, pour la première fois imaginant clairement le geste d’une précision chirurgicale ayant conduit à cette cicatrice. Un geste qu’elle fait elle-même plusieurs fois par jour, couper, découper, recoudre… Elle secoue la tête, agacée par ses divagations. Une seule fois, Nola s’est sentie perdue, une seule fois ce malheureux fou a réussi à briser sa concentration et son professionnalisme. Elle se l’est promis, ça ne se reproduira pas.  

Ses longs cheveux roux sont bien attachés par un élastique noir, et ses yeux bleus protégés par les lunettes réglementaire : elle peut commencer l’examen. Son tuteur l’observe, un sourire satisfait dansant sur ses lèvres. « Vas-y Nola, tu peux commencer. » Il prend appui contre le mur et croise les bras : il aime bien la regarder faire, Nola. C’est son étudiante favorite, malgré ses airs de première de classe, son souci du règlement et sa bonne conscience parfois fatigante. Elle grogne dès que le vent porte une remarque misogyne à ses oreilles, elle s’indigne au moindre commentaire cynique et polémique. Un peu chiante, oui. Mais en contrepartie… des doigts de fée. Elle a la grâce d’une danseuse étoile lorsqu’elle découvre les chairs et révèle les secrets du crime. Une virtuose des scalpels, elle aussi, à sa manière : elle cherche à réparer et à comprendre au lieu de venger et de détruire.

D’un geste déjà marqué par l’habitude, l’étudiante active le dictaphone suspendu au-dessus de la table d’opération, et prend une inspiration avant d’énoncer ses observations d’une voix claire. « Autopsie du 12 juin 2016, 10h33. La victime est un homme, caucasien, trente-cinq ans... »

▼▲

La porte à peine claquée, elle balance son sac au sol avant de se laisser choir sur le canapé, un profond soupir quittant ses poumons. « Déjà rentrée ? » Impossible de manquer l’ironie dans la voix de son colocataire qui la regarde depuis la cuisine, un pot de glace entre les mains, en pyjama. « Ça va, t’inquiètes Nolls, il est à peine vingt-deux heures, surtout t’en fais pas, j’ai tout mon temps et j’ai pas du tout hâte de mater le dernier épisode de Game of Thrones… » Un oreiller vole à travers la pièce, manquant sa cible de plusieurs mètres. « Oh shut up ! Ils avaient besoin de moi, alors je suis restée. Tu saurais ce que c’est si tu faisais de vraies études ! » Un cri indigné lui répond et ils commencent à se chamailler – et avant même que leurs enfantillages soient terminés, ils sont tous les deux installés sur le canapé, une pizza extra-large posée sur la table, télécommande en main. « Chut, ça va commencer ! Aïe ! » Un dernier jeu de mains et puis le générique, et ensuite l'histoire, les enveloppe.

La vie à deux est plutôt tranquille, elle fait d'eux un vieux couple, même s'ils n'ont guère partagé leurs corps plus que lors d'un chaste baiser ou deux à l'école primaire. À la place c'est plutôt la colocation du bonheur ; leur petit nid très New-Yorkais dans cet ambiance du Sud. Simple, et efficace. Même si elle déteste qu'il l'appelle Nolls et même s'il n'en peut plus de ses feuilles de révisions ou des photos de corps disséqués qui traînent partout dans l'appartement. Ils se complètent, comme en témoigne le motif identique qui orne leurs poignets. Et surtout, il veille sur elle, il la rassure.

Et quand elle fait un cauchemar, il la prend dans ses bras et lui murmure à l'oreille que ni lui ni elle ni personne ne disparaîtra. Et qu'elle est en sécurité. Promis, Nola.
You're safe.

▼▲

Allongée dans son lit, la fatigue a eu raison d'elle et le sommeil l'a capturée pour une sieste, ce dimanche. Vraiment, juste un repos innocent. Sans en être consciente Nola laisse son esprit divaguer, et cet après-midi il l'emporte vers des contrées lointaines ; une forêt de bourgeons : Central Park au mois de mars, à la fin de l'hiver. Mais contrairement aux autres fois, elle ne se voit pas déambuler dans les allées, un hot dog à la main, avec ses parents ou ses amis. Non, cette fois... cette fois c'est un cri qui retentit à la tombée de la nuit, des sirènes au loin et des présences peu familières. Finn ! Finn ! Finn Davis-Potter ! Les allées renvoient l'écho, en vain. Nola n'a pas encore cinq ans et tient dans la main Maisie, sa petite soeur, leurs cheveux roux camouflés sous leurs bérets. Elles aussi cherchent leur frère : il doit bien être quelque part, non ? Maman leur a dit que Finn avait joué à cache-cache, et qu'il s'était tellement bien caché qu'ils ne pouvaient plus le retrouver. Alors les après-midis, depuis une semaine, ils cherchent. Dans les rues, dans les gares, dans les parcs. Des affiches ont même été collées sur les poteaux, on entend le nom de Finn à la radio et on en a même parlé à la télé locale.

Nola ne comprend pas pourquoi son frère ne revient pas. Il y a tout chez eux, et même si elle a piqué ses jouets les deux premiers jours, elle a tout remis en place, il peut rentrer maintenant. Lorsque ses parents pensent qu'elle et Maisie sont couchées, elle se lève sur la pointe des pieds et écoute, sagement assise derrière la porte de la cuisine. Les pleurs de maman et le silence de papa, et les bribes de mots dont elle croit comprendre le sens. Parfois un officier est là et discute avec eux, et Nola ferme les yeux, se laissant bercer par sa voix grave. Non, pas de nouvelles. Ils savent qu'il a disparu en revenant du chemin de l'école, il s'est éloigné de son groupe de copains, mais, hormis ça, plus rien. Personne ne l'a aperçu, ses copains ont juste dit qu'il avait vu quelque chose et qu'il leur avait dit "je reviens" ! Et il n'était jamais revenu. Les jours puis les semaines puis les mois passent, et les saisons changent, et dès que le téléphone sonne maman se rue dessus ; papa sursaute dès qu'on sonne à la porte.

Bientôt, deux hivers se sont écoulées et Finn a disparu de la surface de la Terre. Trop bien caché à cache-cache, le jeu l'a mangé. Nola n'y jouera plus jamais après cet évènement. Pourtant elle pourrait : Maisie et elle ont deux maisons, désormais, depuis que Davis et Potter forment à nouveau deux noms séparés. Ce n'est pas de leur faute, leur a dit papa. Mais le fantôme du frère ainé est trop dur à supporter pour les parents dont la famille et la vie sont brisés même s'il faut s'accrocher, pour les petites filles rousses qui elles, sont bien présentes.

Nola se réveille en sursaut, d'abord paniquée à l'idée d'être en retard en cours ou au boulot, et puis la seconde d'après en pleurs. Son colocataire est à la fac, elle est seule. Plusieurs minutes douloureuses avant que les battements de son coeur retrouvent un rythme ordinaire. D'une main elle attrape la peluche avec laquelle elle dort encore à vingt ans passés, et la serre contre son visage, bien consciente que ses cils humides déposent quelques taches de mascara contre le pelage brun de l'ours.

Ça passe comme ça vient, les souvenirs de Finn. La plupart du temps ils ne sont pas dans sa tête. Bloqués. Refoulés. De Finn ne reste que le divorce de ses parents et le halo de tristesse qui nimbe les membres de la famille chaque mois de mars. Mais la vie continue et les années perdues de Finn, les soeurs Davis-Potter se sont jurées de les vivre pour lui. D'aller à l'université, d'avoir des amis, de sortir en boîte, d'aimer... Hébétée, Nola se lève alors, va se rincer le visage à l'eau froide. Pour se changer les idées, elle ira à la morgue, voir si on a besoin d'elle - les cadavres ne s'arrêtent pas de pleuvoir, même le dimanche. Peut-être même pourra-t-elle, s'il n'y a pas de victime aujourd'hui, faire deux-trois expériences et taper son rapport de stage après avoir encore observé des particules diverses au microscope.

Elle met son manteau et quitte l'appartement, laissant dans sa chambre le fantôme du garçon aux yeux très bleus.




Dernière édition par C. Lula Comaneci le Mer 15 Nov - 0:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
avatar
Zelda Havel

desert rose ❀


Messages : 818
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: Re: NOLA ▼ pars vite et reviens tard   Dim 17 Avr - 20:06

Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
avatar
Zelda Havel

desert rose ❀


Messages : 818
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: Re: NOLA ▼ pars vite et reviens tard   Dim 17 Avr - 20:36

Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
avatar
Zelda Havel

desert rose ❀


Messages : 818
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: Re: NOLA ▼ pars vite et reviens tard   Sam 1 Juil - 19:55

Bazzart :

http://iv1.lisimg.com/image/14388379/740full-molly-c.-quinn.jpg
http://iv1.lisimg.com/image/14357316/740full-molly-c.-quinn.jpg
http://www.hotflick.net/u/n/4964802/molly-quinn-quotcentral-intelligencequot-premiere-westwood-june-10th-2016-3.JPG
http://www.hotflick.net/u/n/4840243/molly-quinn-her-magazine-december-2015-4.jpg
http://www.hotflick.net/u/n/4840243/molly-quinn-her-magazine-december-2015.jpg
http://www.hotflick.net/u/n/5152267/molly-quinn-wonder-woman-premiere-los-angeles-may-25th-2017-6.jpg
http://www.hotflick.net/u/n/4307522/tgYr6LjcAl76Iep.jpg
https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/e8/bb/08/e8bb088a994b809e09076a6e6318fe68--castle-season--molly-quinn.jpg
http://cartermatt.bgmyzuarasgpknxgxbrs.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2016/02/Alexis.jpg?x86487
https://68.media.tumblr.com/b5b7a9e38d3d78fce1b7cb958871ecf3/tumblr_obdy45WZGm1vsmvb2o1_500.jpg
http://68.media.tumblr.com/0d48178095dfa013a375a8d8e01242f5/tumblr_oqc7m53gnu1r8h8w0o1_1280.jpg
http://68.media.tumblr.com/901b788dbe34da0e3b300b5dce821144/tumblr_olhshzMxIX1qhaagao1_1280.jpg
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: NOLA ▼ pars vite et reviens tard   

Revenir en haut Aller en bas
 
NOLA ▼ pars vite et reviens tard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit calendrier vite fait
» Le "Poupy train" ... site vite fait..
» Je reviens toujours au point de départ
» j'apprend vite...!!!
» Les Chevaliers d'Émeraude : 500 ans plus tard [+20 membres]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
P A P E R • T O W N :: WELCOME TO NEW YORK :: Terminées-
Sauter vers: