AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BEE ✖ échec, et mat.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nola Davis-Potter
desert rose ❀
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: BEE ✖ échec, et mat.   Lun 24 Oct 2011, 11:58


HISTOIRE
« Si c’était à refaire, recommenceriez-vous ? dit la chanson ; jamais on ne recommencerait, à moins d’être gâteux ou d’ignorer le goût de l’expérience. »



Bianca ouvre les yeux, soupire. Quelle heure est-il - déjà si tôt? Puis, elle se rappelle qu'elle a programmé son réveil afin d'avoir le temps d'étudier à la Bibliothèque. Elle s'étire, son regard azur tombe sur l'insigne rutilante de son uniforme. « Brigade des Carrow »
Elle ferme les yeux.
C'était la meilleure solution.

Elle se lève, vacille, se reprend. Son short court de pyjama laisse apparaître la longue cicatrice blanche qui trace un sillon du haut de sa cuisse jusqu'au mollet. Pensive, Bianca la suit du doigt.
Et se demande si son insigne brille à cause de cela. Soupire lentement, se mord la lèvre. Sûrement. Oui, sûrement.


« Et toi, qui es-tu? »

La question reste en suspens quelques instants. Elle peut presque voire les mots s'inscrire dans le froid de décembre, les lettres glacées devant ses yeux. Qui est-elle?
La réponse est innée. Elle est danseuse. Elle l'a toujours été.

C'était une passion, un mode de vie. Et elle excellait, ensorcelant son public par ses mouvements aériens, magiques, hors de ce monde. Quand la musique s'emparait d'elle, souvent, Bianca se laissait guider. Elle n'avait pas besoin de réfléchir: son corps bougeait tout seul, sachant exactement quoi faire, instinctivement. Devenue marionnette, elle ne faisait qu'obéir à la mélodie qui la faisait tourner à n'en plus finir. Aujourd'hui, elle se souvient encore de son coeur qui bat, de son corps qui ploie, de son dos qui se courbe et de ses jambes qui se plient, avant l'élan, quand elle se transforme en courant d'air. Elle se souvient de tout cela, sait que ça aurait pu continuer des années et des années. Elle serait devenue un artiste particulièrement douée: la danse dans la tête, des crayons au bout des doigts, de la musique pour sang et des rêves en guise de mots. Mais de cet espoir ne restent plus que des débris épars, des illusions brisées, une jolie utopie. Et une longue cicatrice.


La fille marche sur l'étroit sentier qui mène à la falaise. Le vent soulève ses cheveux roux, elle frissonne. Elle a six ans, seulement six ans, et elle va guetter le retour de son père, là-bas, sur la falaise. Elle se retourne, jette un coup d'oeil à sa maison en bois, peinte en jaune, perdue dans le paysage vert. Elle observe le toit en tuiles rondes, la fumée qui s'échappe de la cheminée, les roses trémières à l'assaut des murs. Elle aime sa maison. Mais elle aime encore plus son papa. Et bientôt, il sera à nouveau de retour.
Elle arrive au bord du bord, s'assied, tend les jambes dans le vide. Elle ferme les yeux pour savourer ce moment. Les embruns de la mer titillent son nez, elle sent parfois des gouttes d'eau s'échouer sur son visage. En bas, l'océan atlantique se déchaîne, les vagues se brisent, s'explosent et meurent contre les rochers. Le ciel lui donne sa couleur gris-bleu, et elle se dit que c'est la plus belle chose au monde. Deux mouettes blanches virevoltent dans les airs, ensemble. Elle se sent bien. Parfaitement bien. Une odeur de tarte aux pommes vient se mêler à celle de l'eau salée et elle devine que sa mère a préparé le goûter. Elle hésite. Et si elle loupe le bateau? Elle sait qu'il passe par ici avant de rejoindre le port le plus proche. Elle hésite. Puis elle se lève rapidement, et court, court avec toute la fougue d'une gamine, fait la course avec un ami imaginaire ou avec le vent, elle ne sait pas, elle court et ses cheveux couleur feu se perdent dans la lande irlandaise, elle court vers sa maison.
Après le goûter, c'est l'heure de sa leçon de danse.

Brynn accueille sa princesse avec un sourire doux. C'est ça, Brynn est la maman parfaite. Elle a de grands yeux verts et de lourdes boucles brunes qui noient ses épaules. Elle sent toujours bon, un mélange de cannelle et de pommes. Brynn a un sourire joyeux mais des yeux mélancoliques, qui pensent sans cesse à ce qu'elle a laissé derrière elle lorsqu'elle a décidé d'épouser Eoin. Elle savait qu'elle devrait renoncer à son identité, mais elle ne pensait pas que ça finirait par faire mal. Et maintenant, ça fait déjà dix ans. Dix ans. Elle regarde Bianca qui commence à esquisser quelques pas de danse, insouciante. Dix ans. Elle n'a pas oublié, mais elle sait qu'elle a franchi le point de non-retour depuis trop longtemps. Dix ans. Et voilà qu'elle se prend à espérer que le Don coule dans le sang de sa fille. Elle aimerait tant lui donner cette chance, loin de leur misère.
Bianca n'a que six ans et des yeux d'enfants, des grands yeux clairs qui ne comprennent pas tout. Pour elle, sa vie est un rêve et sa maison un palace. Elle n'a pas conscience que ses parents peinent à s'en sortir convenablement, qu'elle finira par détester cet endroit en grandissant. Que si elle reste ici, elle dépérira. Alors Brynn espère chaque nuit depuis la naissance de Bianca qu'elle a hérité d'elle. Cela lui évitera de devoir affronter la vérité; elle ne pourra pas danser éternellement. La danse coûte cher, trop cher- et même si Bianca est admise à l'École de danse de Dublin, elle ne pourra pas y aller. Alors, autant qu'elle ait une consolation. Et qu'elle vive quelque chose de vraiment magique.
Mais en attendant, elle la laisse rêver, encore un peu.

Le goûter et la leçon de danse sont passés depuis longtemps, les deux femmes sont blotties l'une contre l'autre devant la cheminée de pierre. Bianca lutte contre le sommeil, mais elle ne veut pas aller au lit tant que son père n'est pas rentré. Brynn non plus, d'ailleurs. Le crépitement des flammes paraît assourdissant, et dehors, la lune est pleine et la nuit est noire. Enfin, des pas résonnent à l'extérieur et on frappe à la porte- c'est Bianca qui bondit la première. Elle hurle sa joie, se pend au cou de son père et lui offre l'étreinte des enfants heureux. Il sourit, ému. Bee est déjà si grande, elle a tellement changé depuis la dernière fois... Il peine à cacher sa fatigue, enlace sa femme et raconte brièvement son voyage. Ereinté, malgré ses efforts pour se montrer jovial, Eoin finit par aller se coucher rapidement. Bianca fronce les sourcils - elle n'est pas fatiguée. Elle est déçue, elle jette à sa mère un regard lourd de reproches. Brynn fait semblant de n'avoir rien vu et ordonne à Bianca d'aller au lit. Tant pis si son père ne lui a pas raconté un voyage extraordinaire, il le fera demain. Mais demain, il aura oublié... Le ton de la mère est sans appel, Bianca se tait et se glisse entre ses draps froids. Et elle lutte contre le sommeil mais les ténèbres finissent par l'engloutir.

Le lendemain, Bianca ne trouve pas ses parents à la maison. Parfois, ça arrive. Elle vaque à ses occupations pendant quelques temps, mais cette fois, lire ou dessiner ne la passionne pas autant que d'habitude. Elle enfile alors ses chaussons, prête à danser. Pourtant, après quelques minutes vécues sur les notes d'un piano, Bianca rejoint de nouveau la terre. Elle va dans le salon, colle son petit nez à la vitre et plisse les yeux. Voilà, elle les voit: deux silhouettes qui se parlent et semblent... se disputer ? Bianca fait la moue, c'est impossible, Brynn et Eoin ne se disputent jamais. À moins que..? Elle se mord la lèvre, triste- elle aimerait entendre leur conversation. Brusquement, elle se sent happée, et tombe à l'extérieur de la maison. Le choc est si soudain- elle est passée par la vitre ! La petite rousse cligne des yeux plusieurs fois, se relève. Pas d'éclats de verre. Incertaine, elle pose la main devant elle: la vitre se dresse à nouveau entre elle et sa maison. Bouche bée, elle entend soudain des voix. Bon, elle est dehors, et peut entendre la conversation de ses parents. Mais ce n'est pas de sa faute. Si ? Alors, discrète, elle se rapproche.


Deux ans ont passé depuis que Bianca a surpris la première vraie dispute de ses parents dans le jardin. Deux dans depuis qu'elle est passé par une fenêtre disparue. Elle a huit ans désormais, et l'ambiance à la maison a radicalement changé. Elle passe beaucoup de temps dans sa chambre, le nez dans ses livres et autres divertissements. Brynn lui a appris à peindre, Eoin a sculpter. Bianca a des mains délicates, des mains de fée. Cette petite est douée, vraiment. C'est une artiste miniature, une fille de la mer qui plus est. Bianca n'a que huit ans, et ses journées sont équilibrées entre les cours, la danse et les longs moments passés sur la falaise - ou en bas - à regarder les vagues suicidaires se fracasser contre les rochers abrupts, ou bien à se baigner dans l'eau glacée. Elle a même commencé le violon, et ne s'en sort pas trop mal. Tout est à prendre pour s'évader de l'atmosphère étouffante de chez elle.
Elle sait, voilà, elle sait qu'elle est une sorcière. Sa mère le lui a avoué - c'en est une aussi. Ainsi que sa grand-mère, son arrière-grand mère, son arrière-arrière grand-mère, ainsi de suite. Elle sait qu'à onze ans, elle ira à l'école de sorcellerie. L'enseignement qu'elle recevra là-bas sera totalement différent, les principes fondamentaux qu'elle connaît s'en trouveront bouleversé. Elle sait tout ça, elle a déjà lu les vieux livres de sa mère, ceux qu'elle a gardé. Lus et mémorisés, voilà, c'est tout. Ce qui lui importe, c'est de savoir si elle pourra continuer à danser. Brynn dit qu'elle n'en sait rien, son père ne veut pas se mêler de ça. Ça l'énerve de penser que sa fille unique puisse être autre chose qu'une simple humaine. Il se montre distant avec elle, avec Brynn, aussi. Il savait pour elle, mais ne pensait pas que ça se transmettrait à Bianca. Elle le surprend parfois en train de la regarder, de la scruter. Alors elle le regarde en retour, et de ses yeux verts affirme calmement qu'elle n'est pas un monstre. Son père sourit faiblement, acquiesce.
Et ça la rend malheureuse.
Le calme de sa chambre, avec vue sur la mer infinie, est le meilleur moyen qu'elle ait trouvé pour s'apaiser. Ça, et évidemment, la danse, mais est-ce utile de le préciser? Sa passion, son oxygène, toute sa vie. La meilleure danseuse de son cours, et dire que son professeur la recommande à l'Opéra de la ville. Quand elle y repense, Bianca pleure.
À force de trop rêver de ses rêves, on finit parfois par passer à côté.


Ce soir, elle est à Dublin avec les gens de l'école de danse, pour un après-midi concert et danse. Du classique, un compositeur irlandais qu'elle aime beaucoup. Bianca a énormément apprécié le spectacle, s'est laissée envoûter par la musique. Elle aurait bien voulu aller parler au pianiste et à la première danseuse, mais les adultes ont sommé tout le monde de revenir au car. Il fait froid dehors, c'est le mois de Novembre, et une fumée blanche sort de la bouche de l'enfant lorsqu'elle souffle dans les airs. Ça la fait sourire, ça l'émerveille, c'est vraiment très beau. Elle aime bien l'hiver. Une voix la rappelle à l'ordre, Bianca, c'est l'heure de rentrer, mets-toi en rang avec les autres.
Comme d'habitude, Bianca obéit.
Se range.
S'apprête à monter dans le car.
Quand soudain, quelque chose attire le regard de la fillette. C'est le pianiste et d'autres musiciens, sortis fumer une cigarette. Son sang ne fait qu'un tour; elle doit aller les féliciter.
S'éloigne discrètement de son groupe.
Pose son pied sur la chaussée, en vue de traverser la route qui la sépare de son objectif.
Un pied, puis l'autre, dans ses jolies ballerines bleues.
Elle accélère le pas, se trouve désormais au milieu de la route.

N'a pas le temps de voir les phares de la voiture.

Ni de réagir.

Le conducteur du véhicule freine, mais c'est trop tard.

La petite fille rousse s'effondre au sol comme une poupée de chiffon.

Et tout devient noir.



Elle ouvre les yeux brusquement, cherche de l'air, de l'oxygène, à tout prix. Son regard est fiévreux, sa respiration haletante et hachée. La lumière blanche est trop forte, elle l'éblouit. Où est-elle? Où est-elle? Que fait-elle? Elle est allongée sur un lit sommaire, dans une pièce blanche et carrée. Un bruit lui fait tourner la tête; elle découvre avec stupéfaction une grosse machine émettant des bips à intervalle régulier. Et puis, tous ses souvenirs reviennent, ils affluent dans sa mémoire avec une violence extrême, si forte qu'elle en a la nausée. Alors, elle hurle.
La porte de la chambre d'hôpital s'ouvre dans un grand fracas, et deux infirmières débarquent. Bianca ne sait même pas ce qu'elles font, elle se contente juste de crier sa douleur. Pourquoi a-t-elle si mal? Puis la douleur s'évanouit en un battement de cil, Bianca retombe lourdement sur ses oreillers, des larmes chaudes s'échappant de ses yeux verts. Elle sait que la douleur physique est partie, mais il lui semble que son âme se déchire. Pourquoi a-t-elle si mal?

[SOON ►]


Dernière édition par Apple Rohesia Cartwright le Mar 29 Nov 2011, 21:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
Nola Davis-Potter
desert rose ❀
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: Re: BEE ✖ échec, et mat.   Mar 29 Nov 2011, 18:47

Apple Rohesia Cartwright a écrit:
Bianca est peut-être une salope.

Elle ne s'est jamais trop posée la question, après tout, elle a autre chose à faire n'est-ce pas? Bianca est comme ça, Bianca est capricieuse et obstinément tête de mule. Elle dit non et c'est non, il n'y a jamais d'indécision sous ses mots. C'est peut-être ce qui fait son charme, après tout... Ses petites moues boudeuses, ses crises d'hystérie, ses colères frustrées. Elle a pris goût à ça, elle aime bien se donner en spectacle. Ça ne la dérange pas d'hurler dans les couloirs, de se comporter en enfant gâtée ou de faire tourner ses amis en bourrique. Elle trouve ça drôle, ça l'amuse... maintenant qu'elle est quelqu'un, elle peut bien en profiter.

Bianca a toujours rêvé d'être parfaite. En tant que danseuse, c'était d'ailleurs son objectif absolu; atteindre la perfection, ne faire corps qu'avec le Pur et le Beau. Même en étant enfant, elle voulait toujours que tout soit impeccable. Ses dessins, ses morceaux joués au piano, ses contrôles à l'école. Elle était du genre à passer trois heures à apprendre une formule pour être sûre de la maîtriser correctement - mieux que les autres, en fait. Ce n'était pas une obsession, juste une habitude. À Poudlard, elle a toujours été une excellente et brillante élève, ne rencontrant aucune difficulté particulière pour suivre les cours ou les comprendre, car tout venait naturellement. Tout ça conjugué à une personnalité charmante, oui, Bianca était vraiment une fille bien. Du genre imaginative, un peu rêveuse, touchante car maladroite et un peu gauche, elle séduisait par son incapacité à mentir et ses grands sourires radieux. Elle a toujours été spontanée et réactive, prête à

Sans avoir réussi, elle n'a pas tout à fait échoué.
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
Nola Davis-Potter
desert rose ❀
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: Re: BEE ✖ échec, et mat.   Mar 29 Nov 2011, 19:32

Elle ouvre les yeux brusquement, cherche de l'air, de l'oxygène, à tout prix. Son regard est fiévreux, sa respiration haletante et hachée. La lumière blanche est trop forte, elle l'éblouit. Où est-elle? Où est-elle? Que fait-elle? Elle est allongée sur un lit sommaire, dans une pièce blanche et carrée. Un bruit lui fait tourner la tête; elle découvre avec stupéfaction une grosse machine émettant des bips à intervalle régulier. Et puis, tous ses souvenirs reviennent, ils affluent dans sa mémoire avec une violence extrême, si forte qu'elle en a la nausée. Alors, elle hurle.
La porte de la chambre d'hôpital s'ouvre dans un grand fracas, et deux infirmières débarquent. Bianca ne sait même pas ce qu'elles font, elle se contente juste de crier sa douleur. Pourquoi a-t-elle si mal?

« Et toi, qui es-tu? »

Un sourire, un clin d'oeil. Un baiser, une étreinte. Elle est légère, elle est rayonnante. Un soleil, un arc-en-ciel. Enthousiaste et créative, chaleureuse et spontanée.
Une moue, un froncement de sourcils. Un rictus, un recul. Elle est fermée, elle est muette. Une tombe, une pierre. Discrète et hautaine, suffisante et ailleurs.
Bianca est blanche ou noire, éternelle indécise, des fois oui, des fois non. Parfois elle décide d'être celle qu'elle est maintenant, parfois elle décide d'être celle qu'elle était avant.
Avant la Brigade.
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
Nola Davis-Potter
desert rose ❀
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: Re: BEE ✖ échec, et mat.   Mar 29 Nov 2011, 21:16

bianca snicket-cayne

« j'aimerai entrer dans tes rêves, pour tout détruire, empoisonner l'air que tu respires... »

en cours finie
poste vacant personnage inventé

Elle te regarde de ses yeux clairs, et te sourit. Dans la Grande Salle, au milieu du silence, elle paraît un peu mal à l'aise, bien qu'elle ait son rôle à jouer dans cette étrange atmosphère qui empoisonne quiconque y vit. C'est Bianca Snicket-Cayne, cette fille de huitième année, celle qui sourit tout le temps et dont la garde-robe semble héritée d'un arc-en-ciel. D'ailleurs, c'est bientôt son anniversaire: le le sept mai, elle fêtera ses dix-huit ans, puisqu'elle est née en 1979. Il te semble qu'elle est irlandaise, ce qui explique son fort accent lorsqu'elle parle et ses taches de rousseur. Huit ans après, elle paraît toujours aussi émerveillée par Poudlard - ça te revient: c'est parce-qu'elle a grandi chez les moldus, en étant toutefois sang-mêlée par sa mère. En cours de DCFM, tu as pu observer que son patronus est hippocampe et que son épouvantard prend la forme d'un champ de bataille - c'est la guerre.
La guerre, elle aime pas ça, tout le monde le sait (elle a pas une tête de psycho, elle), mais le truc c'est qu'elle appartient quand même à la Brigade des Carrow. Et c'est même pas une infiltré, une fausse méchante, rien.
C'est que Bianca, elle est un peu opportuniste, et sacrement égoïste sous ses airs de fillette sage et innocente.
Faut pas croire que c'est parce-qu'elle mange des crèmes glacées à la vanille et qu'elle met du vernis rose qu'elle est pas rongée par ses démons intérieurs.

Elle a ses raisons, certes.
Mais tout de même.
Faut pas croire.

SIRENS SONG —
« On n’est jamais si heureux que quand on a trouvé le moyen de se perdre. »

Bianca est peut-être une salope.

Elle ne s'est jamais trop posée la question, après tout, elle a autre chose à faire n'est-ce pas? Bianca est comme ça, Bianca est capricieuse et obstinément tête de mule. Elle dit non et c'est non, il n'y a jamais d'indécision sous ses mots. C'est peut-être ce qui fait son charme, après tout... Ses petites moues boudeuses, ses crises d'hystérie, ses colères frustrées. Elle a pris goût à ça, elle aime bien se donner en spectacle. Ça ne la dérange pas d'hurler dans les couloirs, de se comporter en enfant gâtée ou de faire tourner ses amis en bourrique. Elle trouve ça drôle, ça l'amuse... maintenant qu'elle est quelqu'un, elle peut bien en profiter.

Bianca a toujours rêvé d'être parfaite. En tant que danseuse, c'était d'ailleurs son objectif absolu; atteindre la perfection, ne faire corps qu'avec le Pur et le Beau. Même en étant enfant, elle voulait toujours que tout soit impeccable. Ses dessins, ses morceaux joués au piano, ses contrôles à l'école. Elle était du genre à passer trois heures à apprendre une formule pour être sûre de la maîtriser correctement - mieux que les autres, en fait. Ce n'était pas une obsession, juste une habitude. À Poudlard, elle a toujours été une excellente et brillante élève, ne rencontrant aucune difficulté particulière pour suivre les cours ou les comprendre, car tout venait naturellement. Tout ça conjugué à une personnalité charmante, oui, Bianca était vraiment une fille bien. Du genre imaginative, un peu rêveuse, touchante car maladroite et un peu gauche, elle séduisait par son incapacité à mentir et ses grands sourires radieux. Elle avait beaucoup d'amis, beaucoup de succès auprès des garçons dont elle avait tendance à tourner la tête par simple plaisir. Bee ne s'est jamais trop attachée à ses relations amoureuses, un peu lassée, elle pense que tout le plaisir de l'amour est dans le changement et sa fraîche naïveté la conduit à papillonner par-ci par-là, tantôt séduite ou séductrice. La jolie rousse s'est toujours montrée dure avec elle-même, et très exigeante. Raisonnable, sage, elle a longtemps reflété l'image d'une fille parfaite et sans reproches. Cela aurait pu continuer comme ça jusqu'à la fin de sa vie: être et rester dans le droit chemin, toujours tout bien faire. Avoir une carrière exemplaire, un mari modèle, deux beaux enfants parfaits, bref. Une vie en ligne droite.

Mais Bianca est brutalement sortie des sentiers battus. On ne s'y attendait pas, rien n'aurait pu le prévoir. Juste à cause d'un garçon un peu trop sûr de lui, de quelques arguments bien placés et d'un rêve brisé. Bee est brutalement sortie des sentiers battus et n'y est plus jamais revenue. La transformation qui s'est opérée en elle a été radicale, presque autant que si elle avait été contaminée par une maladie sournoise, vicieuse, malsaine.
Ç'avait été si facile. Si facile d'accepter, un oui en échange d'une immunité incroyable. Si facile de se laisser happer par le chant des sirènes, par l'excitation de la nouveauté, du changement. Il lui avait promis qu'elle ne serait plus jamais une victime- elle n'aurait qu'à hocher la tête lorsqu'ils annonceraient une règle. Il lui avait assuré que ce rôle était fait pour elle, que ses amis n'en valaient pas la peine: s'ils l'aimaient vraiment, ils ne lui en voudraient pas pour ça. Oh, elle n'était pas obligée de partager les principes énoncés, mais elle devait faire semblant d'y croire. Elle qui était si intelligente, pourquoi gâcher un tel potentiel? Bianca, ta place est avec nous. Pas avec eux. Il l'avait doucement embrassé, mais son choix était déjà fait. Si tu es très loyale, je suis sûr qu'ils te guériront. Tu pourras danser comme avant. Danser comme avant. Être enfin quelqu'un, faire partie de l'élite, des vainqueurs. Ne pas être soumis, ne pas craindre chaque instant. Juste profiter des privilèges offerts, ne pas se poser de questions.
Ça sera facile.
Tu promets?
Bien sûr.



Elle a une apparence candide, ingénue. Elle est malicieuse et pleine de vie, mais elle est mauvaise. Il avait raison, c'était facile de faire partie de la Brigade. Il faut oser être ce que l'on n'était pas avant, c'est tout. Au début, c'était complexe - ses amis n'en revenaient pas: comment Bianca pouvait-elle avoir adhéré à la Brigade? Les mauvaises langues disent qu'elle a retourné sa veste, qu'elle est égoïste et ne pense qu'à elle. Bianca sait qu'elles ont raison, alors elle leur sourit. Elle peut provoquer autant qu'elle veut, se libérer de ses complexes; elle se sent surpuissante. Elle aime bien qu'on parle d'elle, qu'on s'écarte sur son chemin. Un camp lui a tourné le dos mais un autre l'a accueilli à bras ouverts. Il avait raison; ce n'étaient pas ses vrais amis. Elle va rester avec eux, maintenant. Parce-que c'est la meilleure chose à faire. Oui, c'est une décision sage et réfléchie. Peu importe si elle a trahi ses opinions d'avant: on prend goût à tout. À la violence, au mépris, au pouvoir. Dominer, même une seconde, même une personne, c'est jouir d'un sentiment divin. C'est presque pouvoir décider du sort de l'Autre. Et ça, c'est incroyable.

Les pseudo-rebelles ne comprennent pas. Pourquoi se battre contre du vent? Ils n'arriveront à rien. Déjà tant de morts, déjà tant de haine, déjà tant de mal... Bianca déteste ça, mais elle tient bon. Elle ne se bat même pas pour sa cause, juste pour sauver sa peau. Elle a vu ce que les opposants ont souffert, elle ne veut pas subir le même sort. Et s'ils ne la guérissaient pas? Elle doit être loyale jusqu'au bout, quitte à se haïr elle-même. Quand sa jambe sera réparée pour de bon, tout ira mieux. En attendant, elle pleure souvent, le soir. Et elle ne mange plus pendant des jours, quelques fois. Quand elle est sur le point de craquer, pourtant, il est toujours là- il la rassure tout le temps. Il, c'est Nolan Wooten. Il dit qu'elle fait bien. Et elle le croit, Nolan a raison. Nolan a toujours raison. Le point de non-retour est de toute façon franchi, elle n'a plus qu'à avancer, sans jamais se poser de questions.
Comme une bonne enfant obéissante.
Comme une fille facile.
Comme une gamine qui s'accroche désespérément à l'illusion d'un rêve qui pourrait redevenir réalité.
Comme une adolescente amoureuse.
Comme une humaine soumise à la tentation.

Alors oui, Bianca est peut-être une salope.
Mais elle n'a pas vraiment le choix.

Saluuuut, j'me présente, j'm'appelle Manon, j'ai seize ans, deux mois et une vingtaine de jours. MS n'est pas mon premier forum de RP et d'ailleurs j'ai plein de comptes dessus - si si, moi aussi je suis schizo. Schyzo. Skizo. Bref.
Les pains au chocolat sont mes amis ainsi que tout ce qui contient du chocolat, surtout les tablettes Lindt, et c'est Emma Stone qui a la (mal)chance d'incarner Bianca. Je ne dois pas regarder sur les autres présentations pour le trouver et je ne l'ai pas fait \o/ Quant aux crédits, l'avatar est signé Jackspirit et les bannières, Black Lotus & Poon. ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BEE ✖ échec, et mat.   

Revenir en haut Aller en bas
 
BEE ✖ échec, et mat.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Démarrer en mode sans échec avec XP
» Mon ordinateur ne démarre plus qu'en mode sans échec
» [Résolu] W10 sans échec
» Pb installe Ubuntu
» Echec gravure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
P A P E R • T O W N ::  :: Terminées-
Sauter vers: