AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 APPLE } Si tu laisses quelqu'un prendre en main ton destin, c'est la fin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nola Davis-Potter
desert rose ❀
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : © crick

MessageSujet: APPLE } Si tu laisses quelqu'un prendre en main ton destin, c'est la fin.    Dim 20 Nov 2011, 21:43

APPLE ROHESIA
CARTWRIGHT
seize ans ϟ sang-mêlée ϟ résistante
ft. LILY COLLINS




« Je ne veux désormais collectionner que les moments de bonheur. » — Stendhal


b a r è m e ;
ambitieux : •••••
romantique : ••••
sportif : •••••
généreux : ••••
franc : ••••
sérieux : •••••
p o r t a i t---c h i n o i s ;
une fleur : une rose
un animal : un lynx
une saison : le printemps
un sentiment : l'amour
un fruit : une orange
un vêtement : une jupe

a d j e c t i f s---q u a l i f i c a t i f s ;
Cultivée ϟ Créative ϟ Courageuse ϟ Sérieuse
Têtue ϟ Ironique ϟ Fière ϟ Discrète



q c m ;
1ère question : Alors que vous marchez tranquillement dans les couloirs déserts en direction de votre salle commune, voilà qu'une ombre se découpe sur les murs, effrayante et appartenant sans aucun doute à une créature venue des tréfonds des ténèbres pour vous enlever. Que faites-vous ?
a. Malgré vos frissons, vous vous approchez calmement de l'angle du couloir et découvrez face à vous la chatte de Rusard. Ouf, sauvé.
2ème question : Dans le parc, tout est calme. Les oiseaux chantent, le soleil brille... Et Miranda Keller arrive en courant vers vous, en larmes : son petit ami a mis fin à leur relation parce qu'il était subitement tombé amoureux d'une autre fille, à ce qu'il lui a dit. Vous soupçonnez le pauvre garçon de ne plus supporter ce pot-de-colle plus bavard qu'un perroquet. Que faites-vous ?
a. Vous la prenez dans vos bras et l'amenez à votre salle commune afin qu'elle se calme devant une bonne chocogrenouille.
3ème question : Catastrophe! Vous avez complètement oublié de faire les 3 rouleaux de parchemins demandés par le professeur de métamorphose et le cours est dans moins de vingt minutes. Que faites-vous ?
a. Aux grands maux les grands remèdes: vous retroussez vos manches et vous vous y mettez, quitte à vous donner un mal de tête à se cogner la tête contre les murs.
4ème question : Voldemort en personne frappe à votre porte (enfin... lui jette un sort de destruction, mais à quelques différences près...) et vous demande de faire partie de ses fidèles étant donné votre énorme potentiel magique. Que faites-vous ?
a. L'idée d'être reconnu pour vos capacités vous fait hésiter: pourquoi ne pas accepter? Mais vous vous rendez compte que ce serait trahir vos amis et vos proches.
5ème question : C'est l'heure de votre cours de Sortilège et vous êtes très en retard. Vous courrez dans les couloirs déserts lorsque vous entendez un cri. Un élève git par terre, sans doute inconscient. Que faites-vous ?
d. Vous écoutez rapidement son pouls et constatez qu'il n'est pas en danger. Vous courrez chercher le professeur: la salle de cours n'est plus très loin.



l e---p o u r q u o i---d u---c o m m e n t ;


On lui avait vaguement parlé de la guerre qui faisait rage là-bas. Ses parents n'aimaient pas aborder le sujet: la crainte et l'amertume qu'ils éprouvaient les rares fois où ils le faisaient était flagrantes. Et puis, il faut dire qu'Ernest et Cordelia avaient tiré un trait sur leur « particularité », élevant le plus normalement possible leurs quatre enfants. Bien sûr, ils leur avaient expliqué les différences qu'eux - les Cartwright - avaient avec les autres humains, mais aucun des gosses n'en parut traumatisé. Cordelia était la plus inquiète, et s'efforçait de maintenir sa famille en-dehors de n'importe quel élément magique. D'ailleurs, elle espérait vraiment que ses enfants étaient des cracmols. Comme ça, ils n'iraient pas là-bas et ne seraient pas confronté à la Guerre. Ernest s'en fichait un peu, toujours à courir partout, régulièrement à côté de la plaque. Si les trois aînés, trois garçons, ne montrèrent aucune disposition pour le surnaturel, ce fut une autre affaire pour la petite dernière. Apple était dotée de pouvoirs magiques, et ne cherchait même pas à le dissimuler. Enfant curieuse et poussée par ses frères, elle leur montrait des tours, aussi simples fussent-ils, qui les émerveillaient à chaque fois. Certes, Artie était le plus intelligent, Jackson était le plus sportif, Dale le plus bruyant, mais Apple était magique.

Ses parents s'efforcèrent alors de lui apprendre les bases de la magie: ne pas la montrer en présence d'un membre externe à la famille, ne pas en parler, ne s'entraîner qu'à la maison. Ils lui parlèrent de Poudlard, des Maisons, mais pas de la Guerre. Ce qu'ils avaient eux même vécu était encore trop présent et douloureux pour pouvoir en parler à une fillette de huit ans. Apple grandit donc, spéciale et à part, dans l'innocence totale. Elle ne se mêlait pas trop aux autres enfants, l'école moldue l'ennuyait un peu. Elle préférait lire les vieux livres de ses parents, s'exercer à faire voler des choses, et se demander comment serait sa baguette.

Les Mangemorts vinrent la chercher, et la petite Apple, tout juste onze ans, fut lâchée dans le Château sans plus d'explications. Elle dût affronter les moqueries et les regards sournois des autres, puisque ses parents étaient des traîtres et ses frères des Cracmols. Elle décida que ce n'était pas juste, et qu'elle était tout aussi intelligente et capable que les autres qui se targuaient d'être « purs ». C'est alors qu'elle entendit parler des Camps. Elle devait être en Deuxième Année: grosses lunettes sur le bout du nez, tresses sages parfaitement égales, bouquins toujours sous le bras. Elle ne se mettait pas vraiment en valeur, s'effaçait, timide, sous l'aura des filles fatales plus âgées. Tout à fait dans son monde, elle n'obéissait à aucune loi, sinon la sienne. Elle ne prenait pas vraiment en compte la gravité de la situation, les choses étaient comme ça, elle ne croyait pas pouvoir les changer. Après tout, qui était-elle? Ni une Potter, ni une Malefoy. Son nom était inconnu, personne dans sa famille ne pouvait se glorifier d'exploits héroïques: ses parents avaient fui la Magie dès leur sortie de Poudlard. Tout ce qui comptait, c'étaient ses notes. Quand elle entendit parler des Résistants, des Obscurs et des Impartiaux, elle crut rêver.
On tenta successivement de l'attirer chez les uns, chez les autres, mais Apple se sentait oppressée. S'il y avait une chose qu'elle ne supportait pas, c'était que quelqu'un lui dise ce qui était bien pour elle. Dans un élan d'énervement suprême, elle cria haut et fort qu'elle n'appartenait à personne et que nul ne pouvait prétendre à la faire changer d'avis. Puis, elle se rassit sur sa chaise, le souffle court, les joues rouges, plus décidée que jamais à ne pas modifier son opinion.
Mais Apple avait alors douze ans, et était mue par l'idéalisation de l'univers qu'ont toutes les petites filles. Au fil des années, elle prit peu à peu conscience que quelque chose n'allait vraiment pas dans le Château. Elle ne pouvait plus se permettre de détourner le regard devant un élève brutalisé, devant des règles injustes et cruelles.

Et puis, le matin même de ses quinze ans, lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle se rendit compte qu'elle avait changé. Vraiment changé. Assez mature désormais, assez affirmée, elle se sentait capable de prendre une responsabilité supplémentaire sur ses épaules.
Alors, elle alla réveiller l'une de ses meilleures amies, et lui glissa cinq mots à l'oreille. Cinq mots qui, s'ils étaient dénués de toute symbolique, ne demandaient pas moins du courage pour être prononcés.

« Je veux devenir une Résistante. »


v i s---m a---v i e ;



APPLE ✩ sept ans
« Allez Apple! S'il te plaît! » « Mais non! Maman a dit non. » « T'es qu'une gamine! Tu vas toujours faire ce que te disent papa et maman? » « Oh ça va, Dale. Rappelle-moi, qui est-ce qui fayotte pour ne jamais être puni? » Artie et Jackson éclatent de rire, et Dale fronce les sourcils. Sa soeur est vraiment insupportable. Les deux autres s'éloignent en les imitant - Jackson reproduit parfaitement bien l'air supérieur d'Apple. Cette dernière est déjà retournée à son livre, fichu livre. « S'il te plaît. » Elle soupire, daigne lever le regard. Elle aimerait bien le faire taire, mais bon, c'est vrai que c'est lui qu'elle aime le plus. Ils se complètent: Apple est calme, posée, studieuse et réfléchie: Dale est turbulent, explosif, toujours en mouvement. Il lui apprend à grimper aux arbres, à jouer aux jeux vidéos, lui lance des paris stupides qu'elle relève pour ne pas avoir l'air d'une trouillarde. Elle l'aide à faire ses devoirs, lui donne du chocolat quand il est privé de dessert, et parfois, arrive à réparer les objets qu'il casse. « Éteins la lumière. C'est bon? Regarde bien. »
La boule de lumière qui émane des mains de la fillette éclaire leur deux visages. Dale et Apple échangent un regard complice.
Ouais, ils forment une bonne équipe.

APPLE ✩ onze ans
« Apple? » Il frappe doucement, entre dans sa chambre. Elle est assise sur son lit, les yeux fermés, les cheveux détachés. Dale s'assied à ses côtés, elle ne bouge pas. Elle est comme ça, Apple. Imperturbable, dans son monde, un peu ailleurs. « Dale... tu crois que je serais une bonne sorcière? » Elle ouvre les paupières et découvre de grands yeux baignés de larmes. Dale la prend dans ses bras, la serre contre elle. « Écoute-moi bien, andouille. T'as toujours tout réussi. Tout le monde t'adore. T'es une soeur géniale. Bien sûr que tu seras une bonne... s-sorcière. La meilleure. Et si tu ne m'envoies pas de lettres, je viendrai te botter les fesses en personne. » Un sourire se dessine sur ses lèvres, et elle se met à rayonner. Dale sent son coeur se briser en deux: il n'a pas envie qu'elle parte, mais il ne peut pas l'en empêcher. C'est ce que leur mère leur a répété, hier. Apple est différente et doit suivre sa voie.
Sa voie.
Mais c'est quoi, sa voie?

APPLE ✩ treize ans
Elle est résolue et ne changera pas d'avis. Elle est im-par-tiale. Et puis, hein, qui est-elle pour prétendre changer le monde? C'est facile quand on a une famille connue, mais elle! Non mais, faut être lucide des fois. Apple a treize ans, elle entre tout juste dans la puberté et a un sacré caractère. Toujours aussi flegmatique et discrète, ponctuelle et travailleuse, humble et simple, certes, mais elle est de plus en plus têtue et fière. Elle est petite et menue, complexée par son prénom, son sang, son corps, son apparence. « Et oui, je suis Impartiale, et c'est quoi le problème? Votre guerre stupide ne me regarde pas, et puis même si c'était le cas, on ne pourrait rien faire contre. » C'est ce qu'elle dit. Mais parfois, dans son lit, alors que tout le Château dort, elle rêve d'être une autre fille. Une autre Apple. Et c'est en fermant les yeux qu'elle se met à rêver à ce double parfait.



Ernest et Cordelia Cartwright ont eu des problèmes avec la Justice Magique. Considérés comme des traîtres, ils ont été contraints de s'exiler en France, chez les parents de Cordelia. Artie, Jackson et Dale ont suivi. Apple l'apprend par une courte lettre: elle est seule désormais. Seule, avec un goût amer dans la bouche. Elle se regarde dans le miroir, pose ses lunettes, défait sa queue de cheval impeccable.
Qu'aurait fait son double parfait?

APPLE ✩ quinze ans
« Je veux devenir une Résistante. » Qui aurait cru que ce serait aussi simple? Il faut dire que la jeune fille a beaucoup changé. Elle est presque devenu l'idéal de ses treize ans. Courageuse, affirmée, elle est désormais joliment décalée. Son humour cynique et mordant a fait pas mal d'adeptes, et elle est enfin sortie de l'ombre. Elle a parfois des nouvelles de sa famille, toujours exilée, mais au moins saine et sauve. Apple s'est habituée à cette situation, personne n'est au courant à Poudlard. Elle préfère se concentrer sur ses études, sur son choix.
Elle est désormais une adolescente en harmonie avec elle-même: fière, Apple fanfaronne parfois de ses origines presque moldues et de son éducation - juste pour emmerder les Mangemorts, et elle est surtout fière d'être une intello, fière d'avoir eu des heures de colle cette année, fière d'avoir joint les Résistants, fière de son corps. Bon, elle reste toujours paralysée par les sentiments amoureux - ça la met dans un état d'angoisse incroyable, la dernière fois qu'elle est tombée amoureuse, elle est passé de O à E, pauvre chérie. Sa modestie et sa discrétion sont toujours de mise, et alors qu'elle se fait une petite réputation dans le Château, elle reste cette bergère qui se prend pour une bergère, alors qu'elle peut prétendre à être l'égale d'une princesse. Mais Apple est loin d'être insoumise: l'assurance qu'elle a développée lui permet de faire face aux autres et le simple fait de savoir qu'elle peut participer à rendre le monde meilleur suffit à la rendre gracieuse et pétillante.
Peut-être bien qu'elle l'a trouvée, finalement, sa voie.

APPLE ✩ seize ans
« ... » Elle a appris la nouvelle avec les autres, et l'accueille les larmes aux yeux. Elle sent une main se poser sur son épaule en guise de réconfort, mais personne n'empêche ses larmes de couler, plus fort et plus fort. Harry Potter est en prison. Dans le QG des Résistants, tout le monde a la mine défaite. Et Apple pense à James, à Albus, à Lily. Qu'est-ce que ça fait d'avoir un père en prison? Elle n'a pas revu ses parents depuis trois ans, mais ce n'est pas pareil. Au moins, les Cartwright sont en sécurité... non?
Apple tente de combattre ses larmes; ce n'est pas en geignant qu'ils arriveront à faire quelque chose. Ses parents lui ont transmis le goût de l'effort et des choses bien faites. Oui, eux ont fui. Mais Apple est différente de ses parents. Elle, elle est décidée à rester. À ne jamais abandonner. Et à se battre pour une cause juste. Alors Apple sèche ses larmes, ravale sa tristesse - elle pleurera ce soir, tant pis. Et puis, elle qui est toujours si souriante, si optimiste, partante pour tout, débordante d'idées et de créativité, elle qui semble parfois flamboyante et invincible, si elle abandonne... Elle regarde les autres, ses grands yeux bruns en alerte. Elle se mord les lèvres, comme toujours quand elle réfléchit. Passe la main dans ses cheveux, geste coutumier lorsqu'elle a des ennuis.
Une étincelle apparaît dans ses prunelles, une étincelle de vie. Puis, un sourire, et Apple redevient lumineuse.
Ils ont perdu une bataille, mais ils n'ont pas perdu la guerre.
Ils vont se battre.
Pas vrai?




d e r r i è r e--- l ' é c r a n ;



pseudo/prénom : mou
âge : seize ans
comment avez-vous connu D. et votre avis : ISEULT EST REVENUE ♥
petit mot magique : grenat
"vis ma vie" fait : 1234 mots
dernier mot pour la fin : c'est l'histoire d'un schtroumpf, qui court, qui tombe, et qui s'fait un bleu (a)


Revenir en haut Aller en bas
http://paper-town.forumsactifs.net
 
APPLE } Si tu laisses quelqu'un prendre en main ton destin, c'est la fin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelqu'un veut prendre mon forum et n'a pas mon autorisation !
» Quelqu'un sait il se servir de GanttProject ?
» .Apple ~ Poire.
» Gros Probleme de pilote (Apple mobile device)
» Garmin 860 et système OS X Apple Mac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
P A P E R • T O W N ::  :: Terminées-
Sauter vers: